2020 French Articles

L’apprentissage, c’est gagnant!

De l’apprentissage au Sceau rouge

Histoire d’un plombier…

Invité comme conférencier au First Nations, Metis, Inuit (FNMI) Student Conference, Dan White, apprenti plombier, tenait à montrer à quel point il est sage de choisir un métier. C’est par vidéoconférence depuis le siège de son syndicat qu’il s’est adressé aux étudiants réunis en congrès. L’essentiel de son message : « Si vous exercez un métier, vous êtes payés pour apprendre, alors qu’à l’université ou au collège, vous payez pour apprendre sans même être certain d’avoir un emploi en sortant. En choisissant un métier spécialisé, vous avez non seulement une carrière, mais un avenir. » Le jeune homme a souligné en outre que la plomberie est un métier désigné Sceau rouge, ce dernier étant une norme d’expertise reconnue partout au Canada. 

Dan White a fait son choix de manière assez typique. Après quelques années dans l’industrie cinématographique, il a eu envie d’une carrière qui paie bien et qui permette de passer plus de temps avec sa famille. Après quelques recherches, il a jugé que la plomberie répondait à ces critères. Maintenant en troisième année d’apprentissage, il constate que ce qu’il aime le plus de ce métier, c’est de travailler avec l’eau. « On achemine l’eau aux hôpitaux, aux villes et aux logements.
On apporte aux gens l’essence de la vie. Pour l’Autochtone que je suis, c’est fabuleux! » Une satisfaction que les conseillers d’orientation aimeraient bien observer chez tous les élèves. 

Notre apprenti a aimé son passage dans l’industrie du cinéma, mais il prévient les élèves en quête de sécurité financière qu’ils auraient avantage à se mettre rapidement à la recherche d’un métier. Et c’est là que les conseillers d’orientation entrent en scène. Toutes les provinces ont adopté des mesures pour favoriser le choix d’un métier spécialisé : cours ouvrant droit à des crédits, enseignement coopératif, formation professionnelle en partenariat avec un collège et expérience de travail rémunérée. L’élève qui veut devenir soudeur, électricien, cuisinier ou coiffeur peut prendre une longueur d’avance dès le secondaire. Tandis que ses homologues étudient en vue d’un diplôme de collège ou un grade universitaire, il gagne sa vie tout en apprenant son métier et termine son apprentissage sans dette et riche d’une carrière qui pourra le servir sa vie durant.

Le parcours du Sceau rouge

Voici, en résumé, le parcours qui mène aux métiers désignés Sceau rouge. Les conseillers d’orientation sont d’ailleurs invités à distribuer ce guide aux élèves pour les aider à trouver leur voie.

En route vers le Sceau rouge : Guide des élèves 

Prenez de l’avance. Renseignez-vous sur les mesures d’aide aux études qu’offre votre école secondaire pour les programmes menant à un métier (nous y reviendrons). Il s’agit par exemple de « programme de préparation à la formation d’apprenti » ou de « cours préparatoires à l’apprentissage ».

Commencez votre apprentissage dès le secondaire. Grâce à l’apprentissage, vous apprenez et vous gagnez! En effet, l’apprenti travaille pour un employeur qui lui enseigne les principaux concepts, techniques et compétences qui caractérisent son secteur. Dans la plupart des cas, vous devez trouver un employeur qui vous parraine et qui est responsable du volet de la formation en cours d’emploi. La formation scolaire, peu coûteuse, se déroule dans une école de métier, un bureau d’embauche syndical ou un collège. Si toutefois vous avez besoin d’un peu d’aide financière, il existe des programmes de prêts et bourses, dont le Prêt canadien aux apprentis, associé aux métiers désignés Sceau rouge, qui peut atteindre 4000 $1,
et la Subvention incitative aux apprentis, qui peut atteindre 2000 $ pour toute la durée de l’apprentissage2.  

Devenez compagnon. Pendant trois ou cinq ans (selon le métier), l’apprenti accumule des heures de pratique et prend part à une formation qui lui permettra au bout du compte de montrer à quel point il maîtrise le métier qu’il a choisi. Pour devenir compagnon, l’élève doit prouver à l’organisme provincial régissant les métiers spécialisés qu’il a terminé sa formation et réussir un examen de qualification avec une note d’au moins 70 %. S’il devient compagnon de l’un de plus de 50 métiers désignés Sceau rouge, il peut demander la Subvention à l’achèvement de la formation d’apprenti, d’une valeur de 2000 $3.

Obtenez le Sceau rouge. À cette étape, le gros du travail est fait, mais l’obtention du Sceau rouge ne va pas de soi : nombre de compagnons s’y essaient sans succès. Pour obtenir le sceau, il faut satisfaire aux critères fixés par la province pour le métier choisi, puis faire l’examen du Sceau rouge, qui comporte de 100 à 150 questions à choix multiples. Vos réponses montrent votre connaissance du métier. Le Sceau rouge est une norme pancanadienne, donc reconnue dans tout le pays. Elle atteste que les candidats satisfont aux rigoureux critères de la formation professionnelle et qu’ils connaissent leur métier.

« Il faut partir à temps »

S’il avait su que c’était possible, Dan White aurait entrepris l’apprentissage de la plomberie dès le secondaire. La plupart des provinces proposent aux élèves du secondaire âgés de 16 ans ou plus des programmes d’incitation au choix d’un métier qui leur permettent d’entrer rapidement sur le marché du travail à la fin du secondaire. Tour d’horizon : 

En Colombie-Britannique, l’Industry Training Authority (ITA) encourage les élèves à se renseigner sur les métiers dès le primaire. Au secondaire, les élèves peuvent amorcer leur apprentissage grâce à un programme particulier de l’ITA : le Youth Training Program

En Alberta, le Registered Apprenticeship Program (RAP) permet aux élèves d’accumuler des heures de pratique en vue de leur apprentissage, ainsi que des crédits admissibles au diplôme d’études secondaires.

Grâce au Saskatchewan Youth Apprenticeship (SYA), les élèves suivent gratuitement les cours du 1er niveau d’apprentissage et engrangent 300 heures de formation dans un métier spécialisé. C’est un avantage indéniable en matière d’apprentissage. 

Le Programme d’apprentissage au Manitoba allie études secondaires et travail rémunéré. Les élèves peuvent aussi se prévaloir du programme de pré-apprentissage Jeunes bâtisseurs, qui remplace la fréquentation de l’école et dans le cadre duquel ils apprennent à rénover et à construire sous la direction d’un superviseur. Les participants sont rémunérés s’ils suivent le volet scolaire du programme. 

Les participants au Programme d’apprentissage pour les jeunes de l’Ontario (PAJO) obtiennent des crédits en vue du diplôme d’études secondaires tout en exerçant un métier d’apprentissage. Dans certains cas, leurs heures de travail sont comptabilisées en vue du statut de compagnon. 

Le Québec offre un programme de formation professionnelle exhaustif, dans le cadre d’un système d’apprentissage très complet. 

Les élèves qui s’inscrivent au Programme d’apprentissage pour les jeunes du Nouveau-Brunswick (PAJNB) participent à un programme de pré-apprentissage de trois ans dès la 10e année. 

À l’Île-du-Prince-Édouard, les élèves de 12e année peuvent consacrer une part de leur année scolaire à des cours (jusqu’à concurrence de 110 heures) admissibles au programme d’apprentissage appelé Accelerated Secondary Youth Apprenticeship Program (ASAP)

Le programme d’apprentissage WorkIt, de la Nouvelle-Écosse, aide les jeunes à trouver un métier qui leur convient, le tout dans le but de combler la pénurie de main-d’œuvre qui guette les métiers spécialisés. 

Terre-Neuve-et-Labrador collabore avec l’organisme Compétences Canada à la promotion des métiers spécialisés. 

Les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon offrent de généreux programmes d’apprentissage accessibles aux futurs apprentis dès le secondaire. 

Autrement dit, partout au Canada, les élèves peuvent partir du bon pied, dans une certaine mesure, sur le chemin du Sceau rouge. Pour les conseillers d’orientation, le grand défi consiste à les aiguiller vers les métiers spécialisés, alors même que les parents insistent en grande majorité sur des études postsecondaires. Pourtant, les statistiques sont éloquentes : 

Les métiers spécialisés sont riches de débouchés, puisque la main-d’œuvre vieillit et se retire. 

Les apprentis obtiennent leur diplôme sans s’endetter (alors que leurs camarades du collège et de l’université doivent rembourser des milliers de dollars). 

Comme ils sont rémunérés tout en apprenant, les élèves auront déjà gagné de l’argent quand ils deviendront compagnons (à peu près au moment où leurs camarades termineront leur programme de collège ou d’université).

Plus de 50 métiers d’apprentissage peuvent mener au Sceau rouge, cette qualification reconnue qui garantit aux gens de métier la reconnaissance de leurs compétences partout au Canada. 

Le parcours de Dan White est inspirant et admirable, mais comme il le souligne lui-même, les élèves peuvent prendre une longueur d’avance pour peu qu’ils reçoivent de bons conseils et qu’ils aient une certaine dose de détermination. Le Canada cherche activement des gens de métier et a d’ailleurs pris des mesures pour susciter les vocations. Il est temps que nos élèves tirent parti des possibilités offertes.


1 https://www.pca-cal.ca/fr/Accueil
2 https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/financement/incitative-apprenti-apercu.htmlapprenticeship-incentive-overview.html
3 https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/financement/achevement-apprenti-apercu.html

Références
Métiers spécialisés : https://metiersspecialises.ca/quest-ce-quune-formation-dapprenti/programmes-dapprentissage-pour-les-jeunes/.
Forum canadien sur l’apprentissage. Prism Economics and Analysis (mai 2019). Demande d’apprentis dans les 10 principaux
métiers désignés Sceau rouge : rapport national d’information sur le marché du travail de 2019. Sur Internet : https://caf-fca.org/wp-content/uploads/2019/05/2019-Annual-LMI-Report_FRE.pdf.
Programme Excellence Sceau rouge. Sur Internet : http://www.red-seal.ca.html.
L’histoire de Dan White. Gismondi, Angela (8 juin 2020). « Plumbing apprentice shares journey at virtual First Nations conference », Daily Commercial News. Sur Internet : 
https://canada.constructconnect.com/dcn/news/labour/2020/06/plumbing-apprentice-shares-journey-at-virtual-first-nations-conference.

Advertise with Us!

Contact Stephanie Duprat for more information at
1-888-634-5556 x106 or stephanie@mzpinc.ca.