CIC 2020 French Articles

En coulisse : Coup d’œil sur les carrières du domaine de la santé

Toute collectivité a besoin de soins de santé, sans compter que le vieillissement de notre population ne peut qu’accroître l’importance des travailleurs de la santé.

Les carrières en sciences de la santé sont très nombreuses et, qu’elles s’exercent en coulisse ou sur le front, il y en a pour toutes les personnalités. Les collèges et cégeps du pays sont d’ailleurs prêts à fournir la formation nécessaire.

Selon le site Guichet-Emplois du gouvernement du Canada, les perspectives d’emploi dans les services aux patients et le soutien aux services de santé sont plutôt bonnes : le taux de chômage y est de 3 % seulement à l’échelle nationale, ce qui est bien inférieur à la moyenne.

Comme dans la plupart des autres secteurs de la santé, la demande de soins de longue durée ne peut qu’augmenter, compte tenu du vieillissement de la population. Le même facteur entraîne à la hausse la demande de soins hospitaliers.

Les collèges et les instituts du Canada offrent des programmes de formation aux aspirants ambulanciers paramédicaux, infirmiers auxiliaires, technologues en IRM, techniciens de laboratoire, hygiénistes dentaires, opticiens et préposés aux bénéficiaires. Le domaine englobe aussi de nombreux emplois sans contact direct avec les patients, par exemple : travailleurs en gestion de l’information, spécialiste en recherche clinique, administrateur de clinique, transcripteur médical, technicien en pharmacie. Et la liste est loin d’être exhaustive.

Kristjana Fjelsted, IA, est infirmière-thérapeute dans un grand hôpital. Elle estime qu’elle ne pourrait « jamais accomplir [son] travail sans le personnel de soutien, qui fait partie intégrante de l’équipe et qui [lui] permet de fournir des soins de qualité à [ses] patients. »

Parmi ces acteurs précieux, on trouve les gestionnaires de l’information sur la santé, qui manient la technologie des opérations, de la science et de l’information afin de recueillir et d’analyser des données sur la santé puis de les organiser pour fournir une information utile à la direction des hôpitaux, aux organismes subventionnaires gouvernementaux et aux chercheurs, le tout en vue d’optimiser la prestation des soins.

Ils doivent avoir une compréhension approfondie de la protection des renseignements personnels en matière de santé, notamment sur le plan juridique.

Ils travaillent dans des hôpitaux, des cliniques de médecine familiale, des sociétés de recherche, des organismes de santé communautaire et des organismes gouvernementaux.

Les administrateurs de services de santé font aussi partie de ce personnel de coulisse si important. Ils mettent à profit leur connaissance des dossiers médicaux électroniques pour gérer les fichiers, la facturation et la tenue de livres, et administrer des bureaux dans le domaine de la santé. Ils sont aussi appelés à prendre les rendez-vous, à traiter les indemnités des compagnies d’assurance ainsi qu’à gérer les dossiers des patients et les résultats d’analyses.

Ils travaillent dans des cabinets de médecin, des hôpitaux, divers établissements de soins et des cliniques.

Julie Meadows est administratrice de services de santé dans une clinique de médecine familiale. « Ma carrière me donne pleine satisfaction, dit-elle. Je voulais travailler dans le domaine de la santé parce que j’aime aider les gens, mais je ne supporte pas la vue du sang. Alors j’ai choisi l’administration. Je crois que mon rôle compte beaucoup, même si je ne fournis pas vraiment de soins aux patients. C’est très important de veiller à ce que les dossiers soient bien tenus et à ce que les patients reçoivent les soins dont ils ont besoin. »

La recherche clinique est une affaire d’assurance de la qualité, de concepts de recherche et d’analyse des données. Les diplômés travaillent comme auxiliaires en recherche clinique, préposés aux dossiers cliniques ou superviseurs d’essais cliniques. Quant aux techniciens en recherche clinique, ils participent à l’élaboration d’essais cliniques de produits pharmaceutiques, de produits de santé naturels et d’appareils médicaux.

Les transcripteurs médicaux transcrivent les enregistrements audio des médecins et autres professionnels de la santé concernant les soins aux patients. Il leur faut une solide connaissance de la terminologie médicale, anatomique, physiologique et pharmacologique, ainsi que du vocabulaire de l’évaluation médicale, de l’évaluation des traitements et des procédures diagnostiques. Les progrès de la technologie de reconnaissance vocale ont modifié le travail des transcripteurs qui, de plus en plus, révisent et modifient au besoin les rapports produits par un système informatique.

Certes, les techniciens en pharmacie interagissent avec les patients dans les pharmacies, mais on les trouve aussi dans les centres de santé, les cliniques et les hôpitaux, dans les maisons de retraite, les centres de réadaptation et les établissements de soins de longue durée.

Ils aident les pharmaciens à maintenir les stocks de médicaments, à préparer médicaments, solutions composées, onguents et crèmes, à établir les factures destinées aux compagnies d’assurance et à vérifier l’exactitude des renseignements sur les ordonnances.

Barb Campbell est assistante en pharmacie au rayon pharmacie très fréquenté d’une grande surface. « Ma tâche la plus importante consiste à m’assurer que les patients reçoivent bien les médicaments dont ils ont besoin, dosage et tout. Une erreur pourrait leur coûter la vie », dit-elle.

Autre emploi à considérer : celui du technicien en retraitement de dispositifs médicaux, qui veille à la décontamination, au montage, à la préparation, à la stérilisation et au rangement des dispositifs médicaux. Son apport à l’équipe soignante est très précieux.

Selon Guichet-Emplois, l’actuelle pénurie de travailleurs de la santé va durer. Le nombre croissant de postes à pourvoir et la création d’emplois vont accentuer au moins jusqu’en 2028 la demande d’employés qualifiés.

Les collèges et les instituts sont une excellente ressource pour les élèves qui veulent entrer rapidement sur le marché du travail. Puisque les programmes durent trois ans ou moins, il faut relativement peu de temps pour entreprendre une carrière.

En plus, comme les collèges offrent une formation en milieu de travail, les étudiants sont prêts à exercer leur carrière dès qu’ils ont le diplôme en poche.

Par Jackie Fritz

Advertise with Us!

Contact Stephanie Duprat for more information at
1-888-634-5556 x106 or stephanie@mzpinc.ca.