CIC 2020 French Articles

Profil d’une diplômée : Laura J. Wilson

Laura J. Wilson, MRT (R) (MR), a toujours été attirée par les soins de santé, sans savoir toutefois quel parcours choisir.

Laura Wilson at work in Ambulatory Care during the start of the Covid-19 pandemic. Photo courtesy of Laura Wilson

« Après quelques recherches, j’ai mieux compris la profession de technologue en radiologie médicale. Plus j’approfondissais le domaine, plus j’étais fascinée. Il combine en effet les soins aux patients et une technologie de pointe en un service d’imagerie diagnostique ce qui, je le savais, correspondait bien à ma personnalité », dit-elle.

Laura Wilson est maintenant technologue en radiologie et technologue en imagerie par résonance magnétique (IRM) dans un hôpital de soins de courte durée qui sert une vaste région du nord-ouest de l’Ontario.

« Je ne changerais de carrière pour rien au monde. C’est vraiment une profession gratifiante et stimulante. Les technologues en radiologie médicale sont considérés comme des éléments essentiels d’une équipe de professionnels de la santé, et pour cause : ils jouent un rôle dans l’établissement du diagnostic et dans le traitement des patients. »

Ils mettent leur connaissance de l’imagerie et de la radiographie à profit pour produire des images claires tout en exposant les patients à des doses minimales de radiations. Ils exploitent une technologie de diagnostic complexe et fournissent des soins directs aux patients.

« Je veille à ce que le temps passé par un patient au service de radiographie ou d’IRM réponde à toutes les exigences tout en fournissant des soins attentifs, en ménageant un environnement sûr et convivial et en produisant des images en vue du diagnostic. J’apprécie vraiment l’interaction quotidienne avec mes patients et mes collègues », ajoute Mme Wilson.

Le programme de technologie en radiologie médicale est assorti de préalables en anglais, en mathématiques, en physique, en biologie et en chimie.

Mme Wilson précise : « Quand j’ai été admise, l’an dernier, il fallait une moyenne d’environ 90 % au secondaire. Si toutefois vos résultats sont inférieurs, vous trouverez dans la plupart des collèges ontariens un programme de transition d’un an appelé Pré-santé. »

Mme Wilson a choisi d’élargir le champ de sa formation et est également diplômée du programme d’IRM du Collège Cambrian.

L’IRM combine l’action d’un puissant aimant et d’ondes radio pour créer une image en coupe détaillée des organes internes.

« C’est fascinant de pouvoir utiliser les ondes radio et le magnétisme pour obtenir des images des structures corporelles en alignant les protons des atomes d’hydrogène du corps. Essentiellement, le système mesure la teneur en eau de différents tissus et localise le tout pour ensuite produire une image détaillée. Bien entendu, le procédé est beaucoup plus complexe, mais c’est l’idée de base », explique Laura Wilson.

« Pour être admis à un programme d’IRM, il faut être technologue diplômé en radiologie médicale ou, pour le moins, titulaire d’un baccalauréat dans un domaine connexe. Le programme d’IRM comprend : a) un semestre en classe, avec des cours sur la physique appliquée à la radiologie médicale, les techniques de radiologie médicale, la sécurité, l’imagerie de pathologies diverses et les coupes anatomiques, ainsi que des laboratoires de positionnement et d’insertion de cathéters intraveineux; et b) un semestre de stage en IRM dans un hôpital agréé. »

Malgré une lourde charge de cours, Laura Wilson a bien aimé sa formation postsecondaire.

« Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que les cours étaient vraiment adaptés à la profession que je visais. Nous avons tout appris en profondeur. J’avais donc une solide base de connaissances quand j’ai fait mon stage. Les cours sont très intéressants et interactifs. »

Elle poursuit, enthousiaste : « Mon travail est très varié et motivant. Je ne m’ennuie jamais, d’autant que j’ai combiné deux spécialités de l’imagerie diagnostique. Chaque jour est différent. C’est un travail à la fois mental et physique. J’ai des collègues extraordinaires et je peux dire chaque jour que mes interventions sont utiles et que j’aide beaucoup de patients. »

Une carrière en santé peut être très gratifiante : quel plaisir, en effet, de contribuer au mieux-être des patients et de leur famille.

Par Jackie Fritz

Advertise with Us!

Contact Stephanie Duprat for more information at
1-888-634-5556 x106 or stephanie@mzpinc.ca.