CIC 2021 French Articles

La collaboration, la diversité et l’économie post-pandémie

Ce n’est pas un secret : la COVID-19 a fait des ravages inimaginables dans l’économie canadienne. On aurait dit que du jour au lendemain, une bonne partie de notre infrastructure financière s’était écroulée. Le produit intérieur brut a reculé de près de 20 % tout de suite après l’annonce de la pandémie. Le chômage est passé à près de 14 % et de nombreuses entreprises ont dû fermer leurs portes dans la foulée de cette crise sanitaire sans précédent.

De tous les secteurs économiques, les petites et moyennes entreprises (PME) ont été les plus durement touchées par les conséquences financières de la pandémie. Encore à l’automne 2021, les PME déclaraient des ventes sous la moyenne, et seulement 42 % d’entre elles étaient revenues à leurs effectifs pré-COVID, nous apprend un sondage de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes. Toutefois, il y a de l’espoir et la perspective d’une reprise à l’horizon.

De nouveaux partenariats

Maintenant que nous pouvons imaginer une coexistence relativement stable avec le coronavirus — grâce aux vaccins et aux mesures de santé publique —, les PME travaillent à la reprise, et des établissements comme les collèges, instituts, écoles polytechniques et cégeps sont prêts à nouer des partenariats avec elle.

Les collèges et instituts jouent depuis longtemps un rôle de premier plan auprès des PME comme source de diversité et d’innovation. Ils y sont parvenus en bâtissant des partenariats avec des PME dans le cadre desquels ils se sont mis à l’écoute des parties prenantes et ont mis en place des stratégies, des formations et des technologies pour résoudre des problèmes existants et stabiliser les milieux de travail, ce qui profite à la fois aux PME et aux personnes qu’elles emploient.

La collaboration et la diversité

Jamais cet esprit de collaboration n’a été aussi important. Alors que la levée des mesures sanitaires se poursuit dans les provinces et que les PME se relèvent de la crise, les collèges et instituts redoublent d’efforts pour renforcer leurs partenariats en mettant l’accent sur la diversité et l’inclusion. Les données confirment ce qu’on sait depuis longtemps : une main-d’œuvre hétérogène, c’est-à-dire qui inclut les femmes, les personnes autochtones, noires et de couleur ainsi que la communauté LGBTQ2+, est meilleure pour la société et l’économie. Un rapport de 2015 de McKinsey and Company indique que les compagnies les plus avancées sur le plan de la diversité raciale et ethnique ont 35 % plus de chances d’obtenir un rendement financier supérieur aux médianes nationales de leurs industries respectives. De même, les compagnies où la diversité des genres est la plus marquée ont 15 % plus de chances de dépasser les normes de leur industrie en matière de rendement financier. Ces conclusions sont appuyées par un rapport du Brookfield Institute for Innovation and Entrepreneurship indiquant qu’un plan financier axé sur la diversité et l’inclusion permettra au Canada de se sortir des difficultés économiques causées par la pandémie.

Les statistiques

Les collèges et instituts ont entrepris d’aider les PME à utiliser la diversité dans leurs efforts de relance post-COVID, et ce, en s’efforçant de comprendre les obstacles à la diversité dans l’économie actuelle. Voici quelques statistiques pertinentes :

  • Les femmes sont propriétaires majoritaires d’environ 16 % des PME du Canada et elles représentent 37 % des travailleurs indépendants. Même si leurs contributions dans ce secteur économique ont progressé, les femmes ont, encore aujourd’hui, plus de difficulté à trouver du financement pour leur entreprise que les hommes. Autrement dit, les femmes entrepreneures font encore face à des obstacles dans une économie qui continue de favoriser les hommes.
  • Même si elles représentent près de 20 % de la population canadienne, les minorités visibles ne possèdent qu’un peu plus de 12 % des PME. Beaucoup de ces entreprises ont vu leurs revenus chuter de 40 % en raison de la pandémie.
  • Les entrepreneurs autochtones représentent moins de 2 % des PME du Canada, même si les Autochtones forment près de 5 % de la population. Ces entrepreneurs disent faire face à de nombreux obstacles qui les freinent dans leur élan.

Regard vers l’avenir

Si le Canada souhaite se relever de la pandémie, il nous faudra ouvrir les bras à cette diversité que nous chérissons depuis si longtemps. Autrement dit, il faudra passer de la parole à l’action. Les collèges et instituts sont prêts à aider le secteur des PME à inaugurer une nouvelle ère où les femmes, les personnes autochtones, noires et de couleur et les membres de la communauté LGBTQ2+ sont accueillis à bras ouverts comme entrepreneurs. Comme plus de 95 % des Canadiens et Canadiennes habitent à moins de 50 km d’un collège, d’un institut, d’un cégep ou d’une école polytechnique, l’infrastructure est en place pour favoriser ces partenariats. Ces établissements ont aussi une influence considérable : ils connaissent les ressources à la disposition des PME et ont démontré leur capacité de travailler avec les entreprises pour augmenter leurs chances de réussir. Les collèges et instituts ont toutes les raisons d’être optimistes :

  • Ils offrent quelque 10 000 programmes d’étude d’un océan à l’autre;
  • Ils jouent un rôle central dans l’écosystème d’innovation du Canada par leur participation à plus de 7000 partenariats de recherche et 4000 projets d’innovation (procédés, produits, prototypes et services).

La prochaine étape est de dépasser le cadre stratégique visant à diversifier l’économie pour créer des programmes qui assurent l’égalité des chances aux PME dirigées par des femmes, des personnes noires, autochtones et de couleur, et des membres de la communauté LGBTQ2+.

Changer le visage de l’économie

De nombreux collèges et instituts travaillent déjà à concrétiser cette vision. À Edmonton, le Mawji Centre for New Venture and Student Entrepreneurship aide les étudiants et étudiantes du Northern Alberta Institute for Technology à faire leur entrée dans le monde des affaires grâce à du mentorat, des ateliers et des programmes d’étude interdisciplinaires où la diversité est à l’honneur. L’Université du Yukon, en plus d’offrir un excellent programme de développement des entreprises aux Yukonais, possède un centre régional du Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat, qui se penche sur les défis propres aux femmes entrepreneures et leur fournit les outils dont elles ont besoin pour réussir. Le Collège Keyano, à Fort McMurray, a créé un programme d’entrepreneuriat autochtone pour aider les étudiants et étudiantes autochtones à faire leur chemin dans le monde des affaires. À Ottawa, le district DARE (découverte, recherche appliquée et entrepreneuriat) du Collège Algonquin est un lieu d’étude multidisciplinaire qui intègre les connaissances, les méthodes et l’imagerie autochtone à son programme pour les étudiants et étudiantes, les scientifiques et les gens d’affaires. Ce ne sont là que quatre exemples de ce que font les membres de CICan pour changer le visage de l’économie canadienne.

Un acte de volonté

Le changement prend du temps, mais aussi de la volonté. Les collèges et instituts travaillent avec les PME pour prouver que la diversité est plus qu’un idéal. Ils concrétisent cette vision par un acte de volonté et de détermination qui change le visage de l’économie canadienne. Ce nouveau cadre en pleine évolution met l’accent sur la représentation des femmes, des personnes noires, autochtones et de couleur, et de la communauté LGBTQ2+. La décision de prendre part au processus ne repose pas uniquement sur un impératif moral, mais aussi sur les données. C’est un fait : une économie bâtie sur la diversité et l’inclusion de toutes les facettes de la société est beaucoup plus solide et capable de perdurer. C’est le rêve multiculturel que le Canada caresse depuis des décennies. Nous sommes tout près de faire de la diversité et de l’inclusion une authentique réalité de notre vie économique, un processus dans lequel les partenariats entre les collèges, les instituts et les PME jouent un rôle clé.

Par : Sean Dolan

Advertise with Us!

Contact Donna Billey for more information at
1-888-634-5556 x103 or donna@mzpinc.ca.